Lucette par Lucie

Il y a quelques temps l’ado n°1 est rentrée à la maison avec un nouveau sujet de projet : faire un portrait dans une vidéo de 3 minutes. Elle a emprunté des photos de famille et s’est enfermée dans sa chambre de nombreuses heures. Au final, elle nous a présenté le portrait de Lucette.

Le portrait d’une femme (ma mère) par sa petite fille. Le résumé tendre, touchant et sans tristesse d’une vie vue par une jeune femme.

Merci Lucie

Print Friendly and PDF

Give A Care

Give-A-Care-01.jpg

Give a care est une ligne de produits créée par l'association Rethink Breast Cancer en collaboration avec l'agence Lg2 et destinée spécifiquement aux jeunes femmes atteintes d'un cancer du sein. Les produits choisis pour répondre à certains problèmes liés à la maladie et aux traitements, sont donnés par des partenaires fournisseurs. Les bénéfices eux vont directement à l'association qui aide et soutient les jeunes femmes atteintes de cancer.

Un projet que j'ai découvert il y a quelques temps lors d'une conférence de design et qui m'a beaucoup touché par son côté graphique simple, joyeux et ses lignes pleines d'humour, mais surtout au delà du design, par l'intelligence de sa démarche.

8_Rethink_Montage-Produits.jpg

 

images : Give a care et Lg2 

Print Friendly and PDF

16 ans 1 mois 1 jour

16 ans, 1 mois et 1 jour, c'est exactement l'âge de ma "petite" Emma aujourd'hui.
16 ans c'est vraiment une étape, comme une porte qui s'ouvre tranquillement vers quelque chose de plus grand.
Des années qu'elle se transforme doucement notre Emma, plutôt discrètement, sans faire trop de vagues. Ok, des vagues il y en a quelques fois, des mini tsunamis même, des cris, des pleurs et des fous rires aussi (c'est d'ailleurs pas pour rien qu'elle est surnommée Emmasticot, Zemma*, Zem, foulate ou follasse) mais ça ne dure jamais longtemps.
Des années donc qu'on la voit prendre de l'assurance, devenir de plus en plus indépendante cette petite soeur, aborder les choses avec délicatesse, une certaine grace et toujours une pointe d'humour et puis grandir, grandir... Elle n'en fini pas de grandir.

Alors même si on a fêté ça comme il se doit autour d'un super-gâteau-au-chocolat-d'anniversaire le premier jour officiel de nos vacances en arrivant en Corse, aujourd'hui j'avais envie de lui dire encore une fois bon anniversaire super Zem, je suis fière de toi.

 

*Petite référence au personnage de l'écureuil Zamy dans le film d'animation "Nos voisins les Hommes".

Print Friendly and PDF

l'arbouse

Pour celles-ceux qui ne connaissent pas, je vous présente l'arbouse. Une petite baie, fruit de l'arbousier un arbuste que l'on retrouve beaucoup autour du bassin Méditerranéen et bien sûr en Corse.
De loin, les arbouses pourraient ressembler à des litchis parce qu'elles en ont un peu la couleur et qu'elles sont recouvertes de petites pointes mais la ressemblance s'arrête là. Ces petites baies dont on peut faire des gelées, des confitures et plein d'autre choses délicieuses, prennent leur temps pour pousser (quelques fois jusqu'à un an) mais doivent être cueillies et préparées très vite dès qu'elles sont mûres.
Comme on les récolte en automne et que je ne me suis rarement trouvée en Corse à cette période de l'année, j'avoue que je n'ai jamais eu l'occasion d'en voir des fraîches et ni de pouvoir en faire de la confiture. Ce qui est super triste parce que j'adore la confiture d'arbouse.

Quand j'étais enfant, ma Minnà (grand mère en corse) faisait de la confiture d'arbouse, un vrai délice au goût subtil. En mettre sur mes tartines faisait partie des petits plaisirs de l'été et des vacances parce que la confiture d'arbouse, je n'en mangeais qu'en Corse. Je n'en ai d'ailleurs jamais vu ailleurs (je n'ai d'ailleurs jamais cherché ailleurs).
Et puis ma Minnà est partie et après avoir fini le dernier pot resté dans ses placards, je n'ai plus mangé de confiture d'arbouse jusqu'à l'été dernier quand je suis tombée nez à nez avec deux petits pots perdus sur l'étagère d'une épicerie de mon village. Aucune hésitation, je les ai emportés. J'avais souvent trouvé de la gelée d'arbouse mais de la confiture non.
Il faut dire que les baies d'arbousier sont pleines de petites graines et si on ne prend pas la peine de les enlever lorsque l'on fait de la confiture, c'est pas super agréable à manger, c'est peut être pour cela que la gelée est plus répandue, plus facile à produire.

QC-arbouse-2.jpg

Le premier pot a été englouti très rapidement et j'ai gardé le deuxième pour quand j'aurai besoin d'un avant goût d'été, c'est à dire il y a quelques temps quand il nous est tombé plusieurs centimètres de neige sur la tête alors qu'on se croyait déjà au printemps. C'est la même chose chaque année on croit que c'est fini et on se laisse encore et toujours surprendre par une nouvelle tempête. 
Bref, je n'ai pas été déçue par ma petite découverte, le même goût et la même texture que dans mes souvenirs. J'ai même pu faire découvrir ça aux ados.

QC-arbouse-1.jpg

 

images : n.v. quelques-choses

Print Friendly and PDF

nouvelle année, chalet et riz au lait

Mon début d'année a été un peu cahotique, la forme n'était pas vraiment au rendez-vous, ma tête souvent ailleurs - pas mal accaparée entre autre par une bonne masse de travail - et aucune envie de me brusquer. Je ne me suis pas sentie pleine d'énergie comme je l'aurais voulu, j'ai donc en quelque sorte démarré mon année un mois plus tard. De nouveau en forme, sans bonnes résolutions (je n'aime pas en prendre, elles sont un peu comme des promesses d'ivrogne, on les oublie aussi vite qu'on les a prises et puis ça me stresse), avec juste une promesse à moi même d'essayer de m'améliorer un peu chaque année (ça ne marche pas toujours mais ça met moins de pression et je trouve ça plus positif) j'ai enfin commencé mon année. Il faut dire que 2017 va être une année de grands chiffres chez nous : 18 ans pour l'ado n°1, 16 ans pour l'ado n°2 et une nouvelle dizaine pour  moi...

Et oui, 50!!!!!!!! un vrai cap il parait. J'avoue c'est fou, je n'ai rien vu passer et je ne m'en rends toujours pas vraiment compte (à part quand je le dis à quelqu'un ou que je dois rentrer mon année de naissance sur certains sites, ça défile pas mal plus qu'avant). Je ne me sens pas vraiment plus sage ni plus zen mais je ne désespère pas, ça arrivera bien un jour. En attendant après avoir fêter ça comme il se doit, bien entourée et super gâtée - avec une "visite surprise" de ma super sister comme bonus - j'ai entamé ma nouvelle année par une escapade dans un chalet (merci Christelle pour l'adresse, promis je te raconte ça vite). Ça faisait trop longtemps qu'on n'était pas sorti de la ville et ça nous a fait vraiment beaucoup beaucoup beaucoup de bien. Être au calme sans téléphone ni internet, faire des balades en raquettes (j'adore les raquettes, j'avais presque oublié), voir passer un mini troupeau de chevreuils (véritable petit moment d'émerveillement), se réfugier au chaud... Bref, plein de petits bonheurs.

Le rapport avec le riz au lait, et bien, juste l'envie de prolonger un peu la sensation d'être dans un cocon, l'envie de manger quelque chose de doux et de réconfortant. Parce que le riz au lait c'est simple mais ça fait toujours du bien, un peu comme un chocolat chaud, un bol de soupe ou une tartine de pain beurré et ça serait un dessert d'hiver parfait dans un chalet.
Et puis, il neigeait ce matin, ça m'a donné envie manger du blanc.

Le riz au lait

• 1 L de lait (entier)
• 100 g de sucre
• 150 g de riz rond type arborio
• 1 gousse de vanille
• 1 bâton de cannelle (facultatif)

Mettre le lait, le sucre, les grains de la gousse de vanille et le bâton de cannelle dans une casserole et amener à ébullition en remuant de temps en temps.
Ajouter le riz, mélanger, réduire le feu et laisser cuire à couvert pendant 40 minutes.
Laisser refroidir quelques minutes et répartir dans de contenants hermétiques ou des ramequins.

Pour une consistance plus épaisse, découvrir 5 à 10 minutes avant la fin de la cuisson.

 

images : n.v. quelques-choses, p. Beausoleil

Print Friendly and PDF

happy h

Print Friendly and PDF
In Tags