12 walls

Print Friendly and PDF

coup d'oeil #130

QC_coupdOeil-130.jpg

Une bibliothèque aux allures de bibliothèque, ou une façade qui parle d’elle même pour la bibliothèque de Kansas City dans le Missouri. Vu sur Fubiz.

Les incroyables dessins hyper hyperréalistes d’objets du quotidien de l’artiste américaine Bella McGoldrick qui rappellent aussi le travail de CJ Hendry.

56 Black Men : une magnifique série de portraits, un projet fort et intelligent visant à dénoncer et combattre les stéréotypes qui touchent trop souvent les hommes des communautés noires par le photographe Cephas Williams.

Des paravents aux formes géométriques évocatrices des arbres et des montagnes de son pays d’origine créés par le designer thaïlandais Apiwat Chitapanya en collaboration avec les entreprises Deesawat et Masaya.

Lentilles et saucisson vaudois

QC-Lentilles saucisson Vaudois-3.jpg

Ah le réconfort d’un plat de lentilles-saucisses! Il y a quelques années, je n’aurais pas pu imaginer à quel point j’arriverais à aimer ce plat. Ce n’est pas que je détestais les lentilles, je crois que j’ai toujours aimé ça mais je ne les appréciais pas vraiment à leur juste valeur. Pour moi les lentilles chaudes était un vieux plat, un plat de vieux, trop riche, plutôt triste et souvent trop cuit. Donc mes lentilles, je les ai mangé plutôt en salade pendant très longtemps.

Et puis il y a eu un certain repas “traditionnel” de premier janvier chez mon amie Marie (si vous ne connaissez pas cette tradition, il parait que manger des lentilles le premier janvier serait un gage de richesse pour l’année qui débute), ainsi qu’une succession de réclamations et de demandes spéciales de petit salé au lentilles par la Moustache et j’ai fini par céder. J’ai appris a apprivoiser les lentilles chaudes et je me demande vraiment pourquoi j’ai trainé aussi longtemps.

QC-Lentilles saucisson Vaudois-1.jpg

Je sais, on est au printemps et c’est plutôt un plat qui se retrouve sur la table durant l’hiver, mais c’est aussi un plat qui fait du bien quand on besoin d’un peu de réconfort, un peu comme ces derniers jours où il fait humide et gris et où on se croirait plus en automne qu’au printemps. Je ne vais pas pleurer sur la météo, on sais que ça va passer, mais cette période de l’année qui n’arrive pas à tourner la page de l’hiver, ça appelle quelque fois un plat de lentilles-saucisses.

QC-Lentilles saucisson Vaudois-2.jpg

Lentilles et saucisson vaudois

pour 4 personnes environ

• 250 g de lentilles vertes du Puy
• 1 oignon
• 1 ou 2 carottes
• 3 branches de thym
• 2 feuilles de laurier
• 1 saucisson vaudois à cuire

Rincer les lentilles et les égoutter.
Faire chauffer une cuillère à soupe d’huile dans un cocotte et y faire revenir l’oignon émincés et les carottes coupées en rondelles pendant 5 min.
Ajouter les lentilles, le thym et le laurier, couvrir d’eau et cuire environ 25 minutes avec un couvercle.
Mettre le saucisson vaudois à cuire pendant 25 minutes dans une grande casserole pleine d’eau frémissante.
Percer la peau du saucisson à la fin de la cuisson (attention il vaut mieux percer sous l’eau) à l’aide d’un cure dent ou de la pointe d’un couteau.
Ajouter le saucisson coupé en tranches aux lentilles, saler et poivrer et poursuivre la cuisson d’environ 20 min.
Ne pas hésiter à enlever le couvercle en cours de cuisson si il y a vraiment trop de liquide et à arrêter la cuisson lorsque les lentilles sont tendres.

Attention, l’eau l’intérieur de la peau du saucisson à tendance à s’échapper violemment (mode geyser), il donc vaut mieux la percer sous l’eau si on veut éviter de se bruler.
On peut aussi faire revenir des lardons avec les oignons et les carottes et ne pas mettre de saucisson si on préfère.

images : n.v.quelques-choses

Print Friendly and PDF

Ai Weiwei au bon marché - 2016

Print Friendly and PDF

Le cake au Matcha

Après le classique cake aux fruits confits et celui aux parfum d’orient (dattes et eau de rose), il fallait absolument que cette version d’inspiration japonaise se retrouve ici comme un troisième volet de ma saga des cakes du dimanche, une version complètement différente au goût subtil et raffiné qui nous emporte au pays du zen. J’avoue, j’ai un très très gros faible pour cette version.

Ce n’est pas un secret pour ceux qui me connaissent, j’aime boire du thé, j’en bois d’ailleurs à longueur de journée. Je précise quand même que je ne suis vraiment pas experte, j’aime ça tout simplement. Noir, vert, blanc… ça dépend du moment de la journée et de l’envie. Mais le jour où j’ai découvert le Matcha, cette fine poudre de thé vert, j’ai eu un véritable coup de foudre. Bien sûr il y a le rituel de la préparation et tous les bienfaits que l’on accorde à cette fine poudre verte (antioxydants, énergisant…) mais il y a surtout ce goût bien particulier, un peu mystérieux, à la limite de l’amer et tellement délicieux qui la caractérise. Et puis cette couleur quand même, ce vert incroyable, limite fluo qui rappelle l’herbe fraiche et colle parfaitement au goût, difficile d’y résister. Alors même si je n’en bois pas tellement souvent (peut être parce que je trouve que sa préparation mérite que l’on prenne son temps et que je n’ai toujours pas investi dans l’indispensable petit fouet de bambou), depuis le jour où j’ai goûté au Matcha pour la première fois, j’ai beaucoup de mal à y résister. Je ne peux pas m’empêcher de goûter à toutes les recettes que je croise qui en contiennent. Et à chaque fois, c’est une petite surprise, comme un petit voyage.
C’est probablement pour ça que j’aime autant ce cake, il est facile à faire et me surprend toujours un peu à chaque fois.

Cake au thé vert Matcha

• 125 g de farine
• 1c. à café de levure chimique (5 g)
• 2 c. à café matcha en poudre
• 2 oeufs
• 100 g de sucre
• 50 g de poudre d’amandes
• 100 g de beurre salé

Préchauffer le four à 180° C.
Dans un bol, mélanger la farine, la levure et le thé.
Faire fondre le beurre et réserver.
Séparer les oeufs. Battre les jaunes avec le sucre et la poudre d’amandes. Ajouter le beurre et mélanger. Ajouter les ingrédients secs (farine, thé et levure) et bien mélanger.
Monter les blancs d’oeuf en neige avec une pincée de sel. incorporer délicatement les blancs d’oeuf à la préparation. La pâte est très compacte, il faut donc procéder en plusieurs fois.
Verser dans un moule à cake beurré et fariné ou chemisé et cuire environ 40 min.
Laisser refroidir avant de démouler.

images : n.v. quelques-choses

Print Friendly and PDF

Suggest - Christian Baumgartner

Print Friendly and PDF