Ai Weiwei au bon marché - 2016

Print Friendly and PDF

Le cake au Matcha

Après le classique cake aux fruits confits et celui aux parfum d’orient (dattes et eau de rose), il fallait absolument que cette version d’inspiration japonaise se retrouve ici comme un troisième volet de ma saga des cakes du dimanche, une version complètement différente au goût subtil et raffiné qui nous emporte au pays du zen. J’avoue, j’ai un très très gros faible pour cette version.

Ce n’est pas un secret pour ceux qui me connaissent, j’aime boire du thé, j’en bois d’ailleurs à longueur de journée. Je précise quand même que je ne suis vraiment pas experte, j’aime ça tout simplement. Noir, vert, blanc… ça dépend du moment de la journée et de l’envie. Mais le jour où j’ai découvert le Matcha, cette fine poudre de thé vert, j’ai eu un véritable coup de foudre. Bien sûr il y a le rituel de la préparation et tous les bienfaits que l’on accorde à cette fine poudre verte (antioxydants, énergisant…) mais il y a surtout ce goût bien particulier, un peu mystérieux, à la limite de l’amer et tellement délicieux qui la caractérise. Et puis cette couleur quand même, ce vert incroyable, limite fluo qui rappelle l’herbe fraiche et colle parfaitement au goût, difficile d’y résister. Alors même si je n’en bois pas tellement souvent (peut être parce que je trouve que sa préparation mérite que l’on prenne son temps et que je n’ai toujours pas investi dans l’indispensable petit fouet de bambou), depuis le jour où j’ai goûté au Matcha pour la première fois, j’ai beaucoup de mal à y résister. Je ne peux pas m’empêcher de goûter à toutes les recettes que je croise qui en contiennent. Et à chaque fois, c’est une petite surprise, comme un petit voyage.
C’est probablement pour ça que j’aime autant ce cake, il est facile à faire et me surprend toujours un peu à chaque fois.

Cake au thé vert Matcha

• 125 g de farine
• 1c. à café de levure chimique (5 g)
• 2 c. à café matcha en poudre
• 2 oeufs
• 100 g de sucre
• 50 g de poudre d’amandes
• 100 g de beurre salé

Préchauffer le four à 180° C.
Dans un bol, mélanger la farine, la levure et le thé.
Faire fondre le beurre et réserver.
Séparer les oeufs. Battre les jaunes avec le sucre et la poudre d’amandes. Ajouter le beurre et mélanger. Ajouter les ingrédients secs (farine, thé et levure) et bien mélanger.
Monter les blancs d’oeuf en neige avec une pincée de sel. incorporer délicatement les blancs d’oeuf à la préparation. La pâte est très compacte, il faut donc procéder en plusieurs fois.
Verser dans un moule à cake beurré et fariné ou chemisé et cuire environ 40 min.
Laisser refroidir avant de démouler.

images : n.v. quelques-choses

Print Friendly and PDF

Suggest - Christian Baumgartner

Print Friendly and PDF

Cake dattes et eau de rose

QC-Cake-dattes-eau-de-roses-2.jpg

Voilà maintenant 2 semaines que j’avais fait ces petits cakes et 2 semaines que je me disais que je devrais en refaire très très vite. Et bien c’est fait. C’est peut être la faute aux dimanches après midi froids, à une grosse fatigue et à l’envie irrésistible de rester au chaud à boire du thé, mais ces dernières temps j’ai eu une sorte de folie des cakes. Alors après un classique cake aux fruits et un cake au Matcha (je crois d’ailleurs que je n’ai pas encore mis cette recette ici, il va falloir remédier à ça très vite), c’est cette recette aux dattes et à l’eau de rose que j’ai eu envie de faire. Je me demande d’ailleurs pourquoi je ne la fais pas plus souvent.
En même temps, c’est sympa aussi de redécouvrir quelque chose qu’on aime après une longue pause. Et ce petit cake, avec son doux parfum d’orient, je l’aime beaucoup ( je ne suis d’ailleurs pas la seule à la maison vu la vitesse à laquelle il a disparu).

u

C’est vrai que j’aime les dattes, alors ce n’est pas vraiment une surprise si ce cake fait partie de mes préférés. Pourtant, si je les aime, surtout Medjool d’ailleurs, j’avoue que je ne cuisine pas souvent les dattes. En fait, comme pas mal d’aliments que j’aime, je préfère les manger nature, ou alors avec un petit morceau de parmesan, c’est simple et c’est un duo qui marche super bien, mais je les cuisine rarement, ce qui donne un côté un peu exceptionnel à cette recette. Et ce qui est encore plus exceptionnel, c’est qu’elle contienne de l’eau de rose, parce que de ce côté là, c’était vraiment pas gagné. Il faut dire que si j’aime les dattes, je ne suis vraiment pas fan de l’eau de rose. Désolée pour les adeptes et pour mon ado n°1 qui adore mais je trouve que ça donne toujours un petit goût de placard ou de parfum de grand-mère aux recettes - à part peut être dans les loukoum - et je lui préfère de loin l’eau de fleur d’oranger.
Mais voilà, comme il y a toujours des exceptions, dans cette recette, l’eau de rose accentue encore le côté oriental et c’est simplement délicieux. Sans être écœurante, elle se marie parfaitement aux goûts délicat des dattes. Comme quoi, il faut toujours rester ouvert, tout est dans l’équilibre.

QC-Cake-dattes-eau-de-roses-1.jpg

Cake aux dattes et à l’eau de rose

• 125 g de beurre mou
• 125 g de sucre
• 2 oeufs
• 150 g de farine + 1 c. à soupe pour les dattes
• 1/2 c. à café de levure chimique (poudre à pâte)
• 2 1/2 c. à soupe d’eau de rose
• 100 g de dattes

Préchauffer le four à 200°C.
Dénoyauter les dattes, les couper en morceaux, les enrober de farine et réserver.
Travailler le beurre et le sucre puis ajouter les oeufs un à un et mélanger.
ajouter la farine, levure et l’eau de roses et mélanger de nouveau. Ajouter enfin les dattes.
Verser la pâte dans un moula à cake chemisé ou beurré et fariné. Cuire 10 min. à 200°C puis baisser la température à 140°C et poursuivre la cuisson entre 1h et 1h30 selon les fours. Vérifier la cuisson à l’aide d’un cure dents.

La recette originale utilisait le double d’ingrédients pour un moule à cake, on peut donc facilement doubler les quantités.

Print Friendly and PDF

Dior S-S 2019 - behind de campaign

Print Friendly and PDF

coup d'oeil #129

QC_coupdOeil-129.jpg

Mélanie Abrantes transforme le bois et le liège en objets beaux, utilitaires et éco-responsables.

Simplification des formes à l’extrême pour ne garder que l’essentiel et air japonisant pour les monotypes de l’illustratrice Renée Gouin.

Dragster Drivers, une série de portraits, un hommage aux pilotes de dragster par le photographe Benedict Redgrove.

La table The Roll Out Table du designer Marcus Voraa qui se déroule au besoin.