clafoutis aux canneberges

clafoutis-aux-canneberges-1

Le premier janvier, il parait qu'il faut manger des lentilles si on veut attirer la fortune. Cette année, pour l'occasion, mon amie Marie nous avait préparé un super diner : des lentilles pour apporter la chance et la fortune (parfaites vu les températures) et un clafoutis aux canneberges  vraiment trop bon pour le dessert. Alors quand j'ai croisé ce petit paquet de canneberges tout seul (ou presque) au détour d'une allée, j'ai soudain eu envie de ce clafoutis.

Les canneberges, grandes airelles rouges d'Amérique du nord connues aussi sous le nom d'atoca (nom amérindien) au Québec et plus souvent appelées par leur petit nom anglais cranberries, sont surtout super connues pour accompagner la dinde de Thanksgiving ou de Noël. Pourtant, avec leur pouvoir antioxydant et leur petit côté sur, ces petites baies sont vraiment irrésistibles. Comme elles sont plutôt acides, on les consomme rarement nature mais j'avoue que j'aime bien en croquer quelques-unes juste comme ça, sans artifices. J'aime aussi ajouter des canneberges séchées à mon granola mais attention celles sans sucre ajouté, naturelles et plus goûteuses (sans petit goût synthétique ni coté vieux bonbon). 

clafoutis-aux-canneberges-2

Pour cette version aux canneberges, j'ai repris ma recette de clafoutis aux cerises (sans gluten), j'y ai juste ajouté un peu de sucre pour contre balancer l'acidité des fruits et remplacé la fécule de maïs par de la farine de riz. Essai réussi en ce qui me concerne. C'est encore acide mais c'est aussi ce qui est bon avec les canneberges, ça vous réveille les papilles.

Clafoutis aux canneberges

• un paquet de canneberges congelées ou fraîches (environ 350 g)
• 3 oeufs
• 125 ml de crème liquide (125 g)
• 45 g de farine de riz (ou fécule de maÏs)
• 40 g de poudre d'amandes
• 1 pincée de sel
• 100 g de cassonade
• 20 g de sucre + pour le moule
• 1 c. à café d'extrait de vanille ou les grains d'une gousse de vanille

• sucre glace pour décorer

Préchauffer le four à 200°C.
Dans un bol, mélanger la farine, la poudre d'amandes, les sucres et le sel. Fouetter les ingrédients liquides dans un autre bol puis les incorporer aux ingrédients secs.
Beurrer généreusement un plat allant au four et en saupoudrer le fond du moule avec une cuillère de sucre. Déposer les canne berges dans le moule puis recouvrir avec la pâte.
Faire cuire 50 min. environ.
Laisser refroidir avant de saupoudrer de sucre glace.

 

images : n.v. quelques-choses

Print Friendly and PDF

Yuki - Shishi Yamazaki

Print Friendly and PDF

coup d'oeil #82

Des étendues enneigées sous un autre angle, Landscape Pattern par le photographe suisse Mathias Kunfermann.

Les illustrations et animations incroyables de l'artiste japonaise Shishi Yamasaki. Je suis fan.

Les bijoux extravagants, brodés à la mains par la créatrice française Céleste Mogador (j'adore ses broches oeil). Son compte Instagram pour découvrir un peu plus son univers.

De grands toiles abstraites et reposantes par la peintre américaine Ky Anderson.

Print Friendly and PDF

nouvelle année, chalet et riz au lait

Mon début d'année a été un peu cahotique, la forme n'était pas vraiment au rendez-vous, ma tête souvent ailleurs - pas mal accaparée entre autre par une bonne masse de travail - et aucune envie de me brusquer. Je ne me suis pas sentie pleine d'énergie comme je l'aurais voulu, j'ai donc en quelque sorte démarré mon année un mois plus tard. De nouveau en forme, sans bonnes résolutions (je n'aime pas en prendre, elles sont un peu comme des promesses d'ivrogne, on les oublie aussi vite qu'on les a prises et puis ça me stresse), avec juste une promesse à moi même d'essayer de m'améliorer un peu chaque année (ça ne marche pas toujours mais ça met moins de pression et je trouve ça plus positif) j'ai enfin commencé mon année. Il faut dire que 2017 va être une année de grands chiffres chez nous : 18 ans pour l'ado n°1, 16 ans pour l'ado n°2 et une nouvelle dizaine pour  moi...

Et oui, 50!!!!!!!! un vrai cap il parait. J'avoue c'est fou, je n'ai rien vu passer et je ne m'en rends toujours pas vraiment compte (à part quand je le dis à quelqu'un ou que je dois rentrer mon année de naissance sur certains sites, ça défile pas mal plus qu'avant). Je ne me sens pas vraiment plus sage ni plus zen mais je ne désespère pas, ça arrivera bien un jour. En attendant après avoir fêter ça comme il se doit, bien entourée et super gâtée - avec une "visite surprise" de ma super sister comme bonus - j'ai entamé ma nouvelle année par une escapade dans un chalet (merci Christelle pour l'adresse, promis je te raconte ça vite). Ça faisait trop longtemps qu'on n'était pas sorti de la ville et ça nous a fait vraiment beaucoup beaucoup beaucoup de bien. Être au calme sans téléphone ni internet, faire des balades en raquettes (j'adore les raquettes, j'avais presque oublié), voir passer un mini troupeau de chevreuils (véritable petit moment d'émerveillement), se réfugier au chaud... Bref, plein de petits bonheurs.

Le rapport avec le riz au lait, et bien, juste l'envie de prolonger un peu la sensation d'être dans un cocon, l'envie de manger quelque chose de doux et de réconfortant. Parce que le riz au lait c'est simple mais ça fait toujours du bien, un peu comme un chocolat chaud, un bol de soupe ou une tartine de pain beurré et ça serait un dessert d'hiver parfait dans un chalet.
Et puis, il neigeait ce matin, ça m'a donné envie manger du blanc.

Le riz au lait

• 1 L de lait (entier)
• 100 g de sucre
• 150 g de riz rond type arborio
• 1 gousse de vanille
• 1 bâton de cannelle (facultatif)

Mettre le lait, le sucre, les grains de la gousse de vanille et le bâton de cannelle dans une casserole et amener à ébullition en remuant de temps en temps.
Ajouter le riz, mélanger, réduire le feu et laisser cuire à couvert pendant 40 minutes.
Laisser refroidir quelques minutes et répartir dans de contenants hermétiques ou des ramequins.

Pour une consistance plus épaisse, découvrir 5 à 10 minutes avant la fin de la cuisson.

 

images : n.v. quelques-choses, p. Beausoleil

Print Friendly and PDF

coup d'oeil #81

A Cook's Remedy une série de vidéos autour de la nourriture, un nouveau magnifique projet d'Aran Goyoaga auteure, styliste culianire et photographe derrière du blog Cannelle et Vanille. J'adore tout simplement son travail.

Des petits contenants en série limitée créés à partir de bois et de pierres de rivière provenant exclusivement d'Argentine :  Cuecos par Design Patagonia.

Les illustrations-collages de la photographe et graphiste polonaise (établie en Écosses) Sylwia Kowalczik et leur petit côté surréaliste.

Bubblegraphy de Studio Odness, des céramiques au formes simples recouvertes d'une glaçure de savon. chaque pièce set unique.

Un petit trailer pour vous mettre en appétit...

Hibiscus d'hiver

Quand j'entends le mot hibiscus, je m'imagine sous les tropiques entourée d'oiseaux de paradis. Je ne sais pas pourquoi quand je pense chaleur et tropiques je pense oiseaux de paradis.

Enfin, en ce moment côté températures on est plutôt loin des tropiques, du coup, en plus de mes multiples tasses de thé quotidiennes, j'ai très souvent envie de tisanes. J'en ai même fait une sorte de mini cure pendant les fêtes histoire de lutter contre rhume persistant. 

Les fleurs d'hibiscus - appelées aussi karkadé, bissap, ou oseille de Guinée - sont vraiment surprenantes avec leur petit goût acidulé. Elles permettent de faire une boisson super rafraîchissante appelée elle aussi le bissap* (au Sénégal si je ne me trompe pas) idéale quand il fait bien chaud et peuvent entrer dans la préparation de confitures, de sirops et de certains plats, comme par exemple les super Tacos de Flor de Jamaica que l'on peut manger à La Tamalera, un petit restaurant mexicain trop bon pas loin de chez moi.
Pourtant, mon coup de foudre pour les fleurs d'hibiscus, je l'ai eu en plein hiver il y a quelques années en buvant une infusion bien chaude couleur rubis au goût très particulier, un peu acidulée et légèrement épicée (la tisane maison de l'ancien café Esperanza devenu aujourd'hui le Cagibi). J'ai mis un peu de temps à découvrir ce qui lui donnait ce petit goût et sa couleur mais depuis que je le sais, je traque les boissons à l'hibiscus (d'ailleurs, j'adore celle ).
Cet hiver, j'ai enfin fait ma version de cette tisane, mon petit hibiscus d'hiver. ET comme en plus d'être délicieux, l'hibiscus Sabdrifa (la variété comestible certainement la plus connue) aurait des propriétés antiseptiques, diurétiques et permettrait de calmer la toux, je crois que je n'ai pas fini d'en boire hiver comme été...

Un dernier truc, il existe autour de 30 000 variétés d'hibiscus qui bien sûr ne sont malheureusement pas tous comestibles, alors si l'envie vous prend de vous jeter sur sur les fleurs qui pourraient se trouver dans votre jardin il vaut mieux éviter.
À Montréal, j'achète mes fleurs d'hibiscus chez Anatol mais si vous avez d'autres adresses je suis preneuse.

Infusion d'hibicus - hibiscus d'hiver

• 2 poignées de fleurs d'hibiscus (2 c. à soupe)
• 1 L d'eau
• 1 baton de cannelle
• 1 à 2 cm de gingembre
• miel pour sucrer

Faire bouillir l'eau, y ajouter les fleurs d'hibiscus, le gingembre pelée et coupé en morceaux et la cannelle. Laisser infuser quelques minutes.
Ajouter le miel selon le goût (personnellement je n'en mets pas).
Boire chaud.

On peut aussi ajouter le jus d'un citron et/ou d'une orange et mélanger juste avant de servir.

* Pour le bissap, il suffit de faire infuser les fleurs quelques minutes dans de l'eau chaude ou toute la nuit dans de l'eau froide et de boire bien frais et très sucré (j'avoue, moi je ne sucre pas) en y ajoutant de la menthe ou du gingembre selon l'envie.

 

images : n.v. quelques-choses

Print Friendly and PDF