Tarte poires et amandes

QC-tarte-poires-amandes-1.jpg

Pendant très longtemps cette recette a été un de mes classiques, je la faisais presque aussi souvent que des gâteaux au chocolat. Et puis un jour fini, plus de tarte aux poires, je ne sais pas pourquoi j'ai arrêté. Pourtant on adore les poires et les tartes chez nous mais celle là elle avait disparue de la circulation, jusqu'à ce que l'autre jour en cherchant un dessert facile à faire avec des fruits je tombe sur des poires dans ma cuisine. Question dessert facile aux fruits j'aurais pu opter pour une salade de fruits, c'est santé et y a pas plus facile mais j'avais envie de faire de la pâte. Les envies comme ça, ça ne s'explique pas il ne faut pas trop lutter parce que faire de la pâte ça détend, c’est un peu comme un moment hors du temps et sur moi ça a un effet quasi thérapeutique. Pour en revenir à cette tarte, c’est à ce moment que j'ai réalisé que je n'avais jamais fait cette recette à mes filles. Non mais! Ça faisait donc une éternité quelle avait été mise de côté. Il était temps de la faire renaitre...

QC-tarte-poires-amandes-2.jpg

Donc voilà, ce n’est peut être pas une vraie tarte Bourdaloue, même si on n’est pas très loin, mais c’est une belle tarte d'hiver et elle va revenir plus souvent dans ma cuisine à partir de maintenant.

QC-tarte-poires-amandes-3.jpg

Tarte aux poires et amandes

la pâte brisée

• 140 g de farine
• 70 g de beurre
• 1 jaune d'oeuf
• 30 ml d’eau froide (2 c. à soupe)
• 1 pincée de sel

la garniture

• 250 ml de crème fraîche (ou de crème sure)
• 1 ou 2 oeufs
• 2-3 c. à soupe de sucre
• 3 c. à soupe d'amandes en poudre
• 4 poires (Bartlett ou autre)

Préparer la pâte en mélangeant tous les ingrédients en même temps. Rouler en boule et laisser reposer au réfrigérateur environ 1h.
Préchauffer le four à 180°C.
Étaler la pâte et foncer un moule à tarte.
Mélanger la crème, les oeufs, le sucre et la poudre d'amandes. Verser la crème sur la pâte.
Éplucher les poires, les couper en quartiers ou en lamelles puis les déposer sur la crème.
Faire cuire 30 à 45 min.

Les proportions pour la crème peuvent varier, un peu plus de sucre si les poires ne sont pas super sucrées….
Et pour les vraiment gourmands avec une boule de crème glacée ça devrait être pas mal.

images : n.v. quelques-choses

Print Friendly and PDF

Châtaignes et figues

Des figues gorgées de soleil et de sucre que l’on ramasse au mois d’août et des châtaignes au goût d’automne et de soirées fraiches, cette recette pourrait parfaitement résumer le passage entre les 2 saisons, le glissement tranquille vers la fraicheur, les petits frissons, les pulls que l’on commence à porter en fin de journée, l’humidité de la terre, le plaisir de marcher dans les feuilles, de ressortir ses chaussures et ses vestes, cette lumière bien particulière de l’automne… Bref un parfum de rentrée des classes, un nouveau chapitre dans l’année.

Je suis une grande fan des figues, je crois que je pourrais en manger presque tous les jours quand c’est la saison. J’en fais toujours quelques pots de confiture pour faire durer l’été, quelque fois une tarte mais j’aime surtout les manger comme ça, sans rien, tout simplement. Alors même si je rêve devant certaines recettes aux figues, il est assez rare que je les fasse, probablement par peur de gâcher ce plaisir simple. Mais dans cette recette, en plus des figues il y avait la farine de châtaignes qui m’évoque toujours les parfums de la Corse et le goût des beignets à la farine de châtaigne de ma Minnà et le romarin, ma plante aromatique préférée, je ne pouvais donc tout simplement pas passer à côté sans l’essayer.

C’est vrai qu’elle n’est pas aussi neutre que les autres cette farine de châtaigne avec son goût bien particulier à la fois doux et rustique, elle n’est d’ailleurs souvent utilisée qu’en petites touches dans les recettes. Mais avec la vague du sans gluten, on la voit de plus en plus et de plus en plus souvent en tant que vedette et ça fait du bien. La mienne je la rapporte de Corse à chaque fois que j’y vais et comme je ne l’utilise pas tous les jours et qu’elle a toujours pour moi une petit côté rare donc précieux, je la conserve au congélateur pour qu’elle garde toute sa saveur et son parfum. Je la ressort dès que je trouve une recette qui me semble valoir la peine d’entamer mon trésor, je commence d’ailleurs a en avoir quelques unes.

En ce qui concerne ce gâteau de transition ou de début d’automne, il est vraiment délicieux, pas sec du tout (il reste d’ailleurs assez humide) et il cale bien les fringales d’après midi. Je suis sûre qu’il serait parfait après une longue marche en forêt.

QC-gateau-chataignes-figues-1.jpg

Gâteau figues, châtaignes et romarin

• 6-8 figues
• 5 oeufs
• 180 de sucre (complet de préférence)
• 160 g de farine de châtaigne
• 40 g de fécule de maïs (Maïzena)
• 200 g de beurre fondu
• 1 c. à café d'extrait de vanille
• un brin de romarin

Préchauffer le four à 180°C.
Beurrer et fariner un moule à manqué d'environ 20 cm de diamètre ou un moule carré.
Effeuiller et hacher finement le romarin.
Fouetter les oeufs et le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse puis ajouter la farine, la fécule de maïs, le beurre, la vanille et le romarin. Bien mélanger.
Couper les figues en morceaux et les mélanger à la pâte avec une spatule. Verser dans le moule et cuire environ 45 minutes (vérifier en piquant avec la pointe d’un couteau ou un cure dents qui doit ressortir sec).
Laisser tiédir avant de couper.

images : n.v.quelques-choses

Print Friendly and PDF

Génoise aux pêches

QC-genoise-fruits-1.jpg

C'est dingue comme une petite envie, l'idée de goûter quelque chose peut prendre de l'ampleur au fil des jours et devenir une idée fixe, une obsession jusqu'à ce qu'elle soit enfin assouvie.
L'autre jour quand j'ai vu les pêches de l'Ontario pointer le bout de leur nez, j'ai eu une envie soudaine d'un gâteau à étages frais et léger avec des pêches. Puis la semaine est passée, bien pleine comme toujours avec pas vraiment de temps pour se poser en cuisine et toujours cette envie, cette image de dessert d'été. La moustache m'avait souvent parlé d'une recette super simple de charlotte aux pêches et au fromage blanc que faisait ça maman. Un truc frais, léger, facile et rapide à faire, en résumé juste ce dont je rêvais depuis des jours côté textures et goût. Mais voilà, j'avais vraiment l'image d'un gâteau à étage en tête, c'est tellement joli les gâteaux à étages alors pourquoi pas garder la base et changer la forme. 

Comme j'avais envie d'un truc léger, je me suis dit qu'une génoise ça serait pas mal. C'est là que je me suis rendu compte, je sais que c'est fou, que je n'avais jamais fait de génoise nature. Je n'avais d'ailleurs jamais fait de génoise tout court avant cette année et le fameux forêt noire de David. Pourtant c'est super basique et versatile comme recette mais je ne sais pas pourquoi, je n'en avais jamais fait, c'est comme ça. Bref génoise, pêches au sirop maison et fromage blanc ça a été un bon mariage. 

QC-genoise-fruits-4.jpg

Génoise aux fruits et fromage blanc

la Génoise nature

pour une moule de 20 cm de diamètre

• 4 oeufs
• 125 g de sucre
• 125 g de farine
• 5 g (1/2 c à café) de levure chimique (poudre à pâte)

Faire préchauffer le four à 180°C et beurrer le moule.
Mélanger la farine et la levure et séparer les blancs d'oeufs des jaunes.
Dans la cuve d'un robot ou dans un grand bol, battre les blancs d'oeuf avec une pincée de sel jusqu'à ce qu'ils soient fermes. Ajouter le sucre et continuer de battre pour obtenir une sorte de meringue. Sans cesse de fouetter, ajouter les jaunes d'oeuf puis la farine en pluie. Ne pas battre trop longtemps pour que le mélange ne retombe pas.
Verser dans le moule et cuire environ 30 min.
Laisser tiédir avant de démouler puis renverser sur une grille pour laisser complètement refroidir avant de couper en deux.

La génoise et encore meilleure préparée la veille. Il suffit de l'envelopper dans un film plastique et la garder au frais jusqu'au lendemain, elle sera aussi plus facile à couper.
Si on utilise un moule à charnière et que l'on habille le tour de papier cuisson, le démoulage sera plus facile.

 

Pour la garniture

• 4 pêches
• 1.5 l d'eau
• 300 g de sucre
• le jus d'un citron
• épices au choix (optionnel) 

• 700 g de fromage blanc (on peut aussi utiliser yaourt grec, du skyr ou un mélange)
• 3 ou 4 c. à soupe de sucre
• des bleuets pour la déco

Préparer les pêches pochées.
Éplucher les pêches. Dans une casserole mélanger le sucre, l'eau, le jeu de citron et les épices. Ajouter les fruits, porter à frémissements et laisser cuire environ 10 min. Réserver.
Mélanger le fromage blanc et le sucre. Couper 3 pêches en petits morceaux et les mélanger à la moitié du fromage blanc sucré.
Couper la génoise en deux à l'horizontale. Déposer la moitié de la génoise dans un plat et imbiber les faces intérieures du gâteau avec un peu de sirop des fruits.
Répartir le fromage blanc aux fruits à l'intérieur de la recouvrir avec l'autre moitié de génoise. Couvrir avec le reste de fromage blanc et décorer avec des tranches de pêche et des bleuets. Remettre au frais.

Cette recette et pour 6-8 -personnes environ, mais on peut sans problème la diviser par 2 pour faire un plus petit gâteau.
On peut aussi bien sûr utiliser des pêches au sirop déjà prêtes.
Il va sûrement vous rester du sirop des fruits, vous pouvez l'utiliser pour pêcher d'autres pêches.
QC-genoise-fruits-3.jpg

 

images : n.v. quelques-choses

Le gâteau aux amandes

QC-gateau_amandes-2.jpg

Il y a des choses qui font partie de notre vie sans que l'on se rappelle vraiment comment elles y sont entrées, elles semblent avoir toujours été là et il y a celles pour lesquelles on se souvient du moment précis où elles ont croisé notre route. C'est le cas pour ce gâteau aux amandes, il est arrivé dans ma cuisine un soir de fête d'anniversaire et depuis, il est devenu un de mes préférés, un de mes classiques. Cette année là, j'avais décidé de faire 4 gâteaux pour ma fête, on allait être nombreux et un gâteau par dizaine je trouvais ça sympa. 40 ans c'était pas tous les jours est comme ça pas besoin de choisir. Mais voilà, mes ami(e)s arrivent rarement les mains vides et au final on s'est retrouvé avec 5 ou 6 desserts dont ce fameux gâteau. C'est mon amie Béa (merci encore Béa pour la découverte) qui l'avait fait. Un gâteau doux comme un gros macaron moelleux. Un pur délice dont la recette provenait d'une fiche recette de la boutique Les Touilleurs, une super boutique consacrée à la table qui se trouve dans mon quartier où j'ai foncé récupérer la précieuse fiche le lendemain même.

Juste trois ingrédients et un peu de délicatesse, c'est tout ce qu'il faut pour réaliser ce super gâteau sans gluten. Depuis cette fameuse soirée, il a donc été fait et refait et on l'aime toujours autant.
Cette fois ci, on l'a dévoré tout seul, mais il est encore meilleur accompagné d'un coulis de framboises, encore un truc super facile à réaliser et qui apporte toujours une petite touche acidulée et fraiche qui va si bien aux desserts sucrés.

 

Le gâteau aux amandes

(Les Touilleurs)

• 4 oeufs
• 170 g + 55 g de sucre
• 235 g de poudre d'amandes
• sucre glace pour décorer (optionnel)

Faire préchauffer le four à 180°C et chemiser un moule à charnière de 23 cm de diamètre.
Séparer les blancs et les jaunes des oeufs.
Battre les jaunes d'oeufs avec les 170 g de sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la poudre d'amandes et mélanger.
Monter les blanc d'oeufs en neige jusqu'à obtenir des pics puis ajouter les 55 g de sucre sans cesser de battre.
Incorporer petits à petits et délicatement les blancs d'oeufs à la préparation puis verser le mélange dans le moule.
Cuire 30 à 35 minutes. Laisser refroidir et saupoudrer de sucre glace pour décorer.

La pâte étant assez compacte, il faut procéder en plusieurs fois pour incorporer les blancs d'oeufs. Incorporer d'abord une petite quantité et ne pas hésiter à mélanger plus énergiquement au début pour assouplir un peu le mélange. Par la suite, il faut bien sûr y aller plus délicatement.

le coulis de framboise

• un paquet de framboises congelées ou framboises fraîches

Faire décongeler les framboises et les mixer.
Passer au chinois pour enlever les petites graines, c'est tout.

 

images : n.v. quelques-choses

 

 

Print Friendly and PDF

la (ou le) forêt noire

QC-foret-noire-1.jpg

Je ne sais pas pourquoi, mais j'étais persuadée que la forêt noire faisait partie de la famille des desserts lourds et gras, de ces gâteaux à étages pleins de crème au beurre (je ne suis vraiment pas fan de la crème au beurre, traumatisme d'enfance) et j'avoue aussi que je trouvais son look plutôt kitsch. Pour résumer, la forêt noire ne se trouvait par vraiment dans le top 10 de mes desserts préférés et je n'avais jamais pensé en faire une un jour.
Et puis voilà, il y a quelques temps, notre ado d'adoption, devait apporter une recette de son pays à une réunion et après avoir réfléchi à quelle spécialité allemande qu'il avait envie de faire il me dit : "un Schwarzwälder Kirschtorte, ça c'est bon". Impossible à prononcer pour moi, mais il s'agissait d'une forêt noire.
Là je me suis dit on va rigoler, parce de loin comme ça, ça avait l'air plutôt difficile pour un premier gâteau et il n'était pas question d'aider l'ado. Mais le résultat a été plus que bien, une vraie bonne surprise. J'ai vraiment été bluffée et depuis on en a gouté plusieurs fois à la maison. Parce qu'en fin de compte, la forêt noire est un dessert plutôt délicat, une sorte de génoise au chocolat garnie de crème chantilly et de griottes, une recette d'une facilité déconcertante qui en jette et qui serait plutôt pas mal sur une table de fête. Après question déco, c'est comme on veut, on peut jouer dans le classique (un peu kitch à mon goût) en recouvrant complètement le gâteau de crème fouettée et de copeaux de chocolat ou en restant plus sobre... c'est ma version préférée. 

QC-foret-noire-2.jpg

Alors merci David, et même si je pense que je ne serai probablement jamais capable de prononcer son nom en allemand, je peux dire que la forêt noire maintenant j'adore. Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences et éviter les préjugés.

forêt noire facile

pour le biscuit

• 6 oeufs
• 150 g de sucre
• 1 sachet de sucre vanillé
• 55 g de fécule de maïs
• 55 g de farine
• 3 c. à soupe de cacao

pour la graniture

• 500 ml de crème fleurette (crème à fouetter)
• 5 c. à soupe de sucre
• 1 bocal de cerises griottes au sirop
• 200 ml du sirop des cerises
• 2 c. à soupe de Kirsch (optionnel)
• copeaux de chocolat noir pour décorer 

Préchauffer le four à 150°C.
Séparer les jaunes des blancs d'oeufs. Dans un saladier, battre le sucre et les jaunes d'oeufs jusqu'à obtenir un ruban (la préparation à blanchi). Ajouter petit à petit le fécule de maïs, la farine et le cacao. Bien mélanger. Battre les blancs en neige ferme puis les incorporer délicatement à la préparation.
Verser la pâte dans un moule à manqué d'environ 20 cm de diamètre (ou un moule à charnière foncé puis faire cuire environ 40 min (vérifier la cuisson à l'aide d'un cure dent). Attendre quelques minutes et démouler. Laisser refroidir.
Fouetter la crème et le sucre afin d'obtenir une chantilly. Réserver au froid.
Égoutter les cerises et garder le sirop. Mélanger 200 ml du sirop des cerises avec le Kirsch et réserver.
Lorsque le gâteau a complétement refroidi, le couper en 2 à l'horizontale.
Déposer une moitié de gâteau dans le plat de service et imbiber les faces intérieures du gâteau avec le mélange sirop-Kirsch.
Fouetter la crème et le sucre pour obtenir une crème chantilly. Répartir la moitié de la crème fouettée sur à l'intérieur du gâteau garnir de cerises et recouvrir avec l'autre moitié de gâteau (surface imbibée de sirop vers l'intérieur). Couvrir avec le reste de chantilly, décorer de quelques cerises et de copeaux de chocolat

La génoise peut être réaliser la veille si on veut pour gagner du temps. 
40 g à 100 g de chocolat selon la décoration voulue.
Si on veut un look plus classique en recouvrant entièrement le gâteau de crème, il suffit de mettre seulement 1/3 de crème à l'intérieur, de répartir le reste sur tout le gâteau et de terminer en collant des copeaux de chocolat sur toute la surface du gâteau.

 

images : n.v. quelques-choses

cake Matcha-choco

QC-cake_Matcha-choco-2.jpg

Matcha et chocolat, deux mots qui sonnent comme une musique à mes oreilles et à mes papilles. Oui, oui, mes papilles ont des oreilles elles aussi, je les sens d'ailleurs quelques fois qui dansent la samba rien qu'à l'idée d'une petite dose de douceur.

J'aime le chocolat, c'est pas vraiment une révélation et j'adore le Matcha, son goût vraiment particulier, limite amer mais si délicat...  Alors imaginez, Matcha + chocolat = moment de pur bonheur. Donc quand j'ai vu ce cake vert et brun dans le magazine Saveur, j'ai tout de suite su que j'allais le faire. Ça m'aura pris trop longtemps à mon goût mais ça y est, c'est fait et je ne regrette vraiment rien.

QC-cake_Matcha-choco-1.jpg

J'ai toujours eu une certaine réserve envers le glaçage, je trouve que ça alourdi souvent inutilement, que ça complique, que c'est une façon de cacher la misère ou de masquer un manque. Bref ça manque de simplicité. 
Mais cette fois, je ne sais pas pourquoi ce petit côté lustré me faisait de l'oeil alors à bas les préjugés, j'ai craqué, j'ai fait le glaçage. J'ai suivi la recette à la lettre et même si je ne suis pas sûre de le faire à chaque fois, honnêtement, il apporte vraiment quelque chose de plus ce glaçage, une petite touche de moelleux qui allège le cake. Je dois même avouer que j'ai eu du mal à résister et à m'empêcher de le manger avant d'en napper le cake.

Cake marbré Matcha-Choco

• 75 g de crème fraîche épaisse
• 175 g de sucre
• 1 pincée de sel
 1/2 c. à café de levure chimique (poudre à pâte)
• 3 oeufs
• 135 g de farine
• 50 g de beurre fondu tiède
• 3 c. à café de poudre de cacao
• 1 c. à café de matcha (poudre de thé vert)

Pour le glaçage

• 50 g de sucre
• 60 g de glucose
• 60 g de chocolat noir
• 40 g de lait concentré sucré
• 30 ml d'eau

Beurrer et chemiser un moule à cake.
Mélanger la crème le sucre et le sel. Ajouter les oeufs un à un puis la farinent le levure. Bine mélanger puis incorporer le beurre fondu.
Diviser la pâte en 2. Mélanger le matcha dans une des moitié de pâte et le cacao dans l'autre.
Préchauffer le four à 180 °C.
Remplir le moule en alternant les couleurs pâtes.
Enfourner et cuire environ 55 min. Démouler et laisser refroidir.
Préparer le glaçage. Porter à ébullition le sucre, le glucose et l'eau puis ajouter le lait concentré sucré et porter de nouveau à ébullition. Verser le mélange chaud sur le chocolat. Mélanger et laisser tiédir (le mélange épaissi en refroidissant).
Lorsque le cake est froid, le recouvrir avec le glaçage.

On peut de servir de 2 poches à douille pour répartir les pâtes dans le moule.
On peut aussi simplement tramper le dessus du cake dans le glaçage mais la recette permet de le recouvrir entièrement. Il vous restera donc pas mal de glaçage.

images : n.v.quelques-choses

 

Print Friendly and PDF