mini scones carottes et romarin

QC-Mini Scones carottes romarin-2.jpg

C’est vrai qu’on ne parle pas souvent de recettes salées par ici alors voilà entre 2 desserts, une petite recette rapide de mini scones super bien pour les apéro. D’ailleurs, ça tombe bien, avec les températures qui montent tranquillement, la saison des apéros et des pique niques va bientôt démarrer en force et je sens que je vais en refaire souvent. Ceci dit, question taille, moi je les préfère version mini ces scones, mais vous pouvez les faire plus gros si vous voulez, ça marche aussi très bien. Et si on ne veut pas attendre le prochain apéro, ils sont aussi très bien à côté d’une soupe ou d’une salade.

Moi j’utilise en partie de la farine de châtaignes pour cette recette, je trouve quelle apporte vraiment quelque chose d’unique, mais elle peut être remplacée par de la farine de pois chiche (c’est d’ailleurs ce qui était indiqué dans la recette originale), de la farine de riz ou simplement de la farine de blé. Ma farine de châtaignes est une importation spéciale de Corse, elle me rappelle les vacances et le maquis chaque fois que j’en utilise alors je ne suis peut être pas objective mais si vous n’avez jamais cuisiné avec de la farine de châtaignes, je vous suggère d’essayer, ça donne vraiment un goût particulier et unique. Malheureusement, j’ai fini le peu de farine qu’il me restait pour ces petits scones et il va maintenant falloir attendre les vacances pour pouvoir refaire le plein. Au secours!
En passant, un petit truc pratique pour garder longtemps sa farine de châtaignes (ça marche aussi pour d’autres) sans risquer que des petites bêtes indésirables ne s’y développent, il suffit de la mettre au congélateur. C’est simple, ça n’altère pas le goût et ça permet de faire durer le plaisir.

uiq

mini scones carottes et romarin

• 150 g de farine
• 120 g de farine de châtaignes (ou de pois chiche)
• 1 1/4 c. à café de levure
• 1 1/4 c. à café de sel
• 120 g de beurre ford coupé en petit morceaux
• 230 g de carottes râpées
• 50 g de Parmesan râpé
• 2 c. à soupe d’aiguilles de romarin
• 2 gousses d’ail hachées
• 2 c. à soupe de moutarde de Dijon
• 100 ml de crème liquide

Préchauffer le four à 180 °C.
Mélanger les farines, la levure et le sel, ajouter le beurre et l’incorporer du bout de doigts pour obtenir la consistance d’une chapelure.
Ajouter les carottes, le parmesan, le romarin l’ail et mélanger le tout à l’aide d’une fourchette.
Ajouter la moutarde et la crème et mélanger de nouveau à l’aide dune fourchette jusqu’à ce que la pâte s’amalgame.
Mettre sur un plan de travail fariner et former une boule.
Étaler la pâte en un grand rectangle d’environ 2 cm d’épaisseur puis découper des carrés d’environ 3 cm de côté. Ne pas hésiter à remettre de la farine sur le plan de travail, la pâte est assez collante.
Déposer les scones sur une plaque recouverte de papier cuisson.
Cuire environ 20 minutes en faisant pivoter la plaque à mi-cuisson.

Si on veut préparer la pâte à l’avance on peut la couvrir de film alimentaire et la garder jusqu’à 24 h au réfrigérateur.


images : n.v. quelques-choses

Print Friendly and PDF

Châtaignes et figues

Des figues gorgées de soleil et de sucre que l’on ramasse au mois d’août et des châtaignes au goût d’automne et de soirées fraiches, cette recette pourrait parfaitement résumer le passage entre les 2 saisons, le glissement tranquille vers la fraicheur, les petits frissons, les pulls que l’on commence à porter en fin de journée, l’humidité de la terre, le plaisir de marcher dans les feuilles, de ressortir ses chaussures et ses vestes, cette lumière bien particulière de l’automne… Bref un parfum de rentrée des classes, un nouveau chapitre dans l’année.

Je suis une grande fan des figues, je crois que je pourrais en manger presque tous les jours quand c’est la saison. J’en fais toujours quelques pots de confiture pour faire durer l’été, quelque fois une tarte mais j’aime surtout les manger comme ça, sans rien, tout simplement. Alors même si je rêve devant certaines recettes aux figues, il est assez rare que je les fasse, probablement par peur de gâcher ce plaisir simple. Mais dans cette recette, en plus des figues il y avait la farine de châtaignes qui m’évoque toujours les parfums de la Corse et le goût des beignets à la farine de châtaigne de ma Minnà et le romarin, ma plante aromatique préférée, je ne pouvais donc tout simplement pas passer à côté sans l’essayer.

C’est vrai qu’elle n’est pas aussi neutre que les autres cette farine de châtaigne avec son goût bien particulier à la fois doux et rustique, elle n’est d’ailleurs souvent utilisée qu’en petites touches dans les recettes. Mais avec la vague du sans gluten, on la voit de plus en plus et de plus en plus souvent en tant que vedette et ça fait du bien. La mienne je la rapporte de Corse à chaque fois que j’y vais et comme je ne l’utilise pas tous les jours et qu’elle a toujours pour moi une petit côté rare donc précieux, je la conserve au congélateur pour qu’elle garde toute sa saveur et son parfum. Je la ressort dès que je trouve une recette qui me semble valoir la peine d’entamer mon trésor, je commence d’ailleurs a en avoir quelques unes.

En ce qui concerne ce gâteau de transition ou de début d’automne, il est vraiment délicieux, pas sec du tout (il reste d’ailleurs assez humide) et il cale bien les fringales d’après midi. Je suis sûre qu’il serait parfait après une longue marche en forêt.

QC-gateau-chataignes-figues-1.jpg

Gâteau figues, châtaignes et romarin

• 6-8 figues
• 5 oeufs
• 180 de sucre (complet de préférence)
• 160 g de farine de châtaigne
• 40 g de fécule de maïs (Maïzena)
• 200 g de beurre fondu
• 1 c. à café d'extrait de vanille
• un brin de romarin

Préchauffer le four à 180°C.
Beurrer et fariner un moule à manqué d'environ 20 cm de diamètre ou un moule carré.
Effeuiller et hacher finement le romarin.
Fouetter les oeufs et le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse puis ajouter la farine, la fécule de maïs, le beurre, la vanille et le romarin. Bien mélanger.
Couper les figues en morceaux et les mélanger à la pâte avec une spatule. Verser dans le moule et cuire environ 45 minutes (vérifier en piquant avec la pointe d’un couteau ou un cure dents qui doit ressortir sec).
Laisser tiédir avant de couper.

images : n.v.quelques-choses

Print Friendly and PDF

Focacciaaaaa

L'été, les repas sans prise de tête, les apéros... quelques petites choses auxquelles j'aspire ces derniers temps. Alors, comme si ça pouvait faire monter les températures et venir les vacances plus vite, voilà 3 samedis de suite que je fais cette focaccia.
Qui dit focaccia, dit huile d'olive donc oui, c'est plutôt gras, mais c'est du bon gras non? Et puis ça sent bon l'Italie et la Méditerranée tout ça et c'est une raison de plus pour ne pas s'en priver.

Évidement, elle n'est pas exclusive à l'été cette recette, elle est aussi parfaite pour accompagner une petite soupe les soirées d'hiver, mais quand même, mangée avec quelques tomates natures ou un peu de charcuterie à l'apéro, c'est encore meilleur.

J'ai ajouté quelques brins de romarin dans mon huile parce que c'est mon herbe aromatique préférée. Je pense d'ailleurs que j'en mettrais plus dorénavant, ça apporte vraiment un petit plus selon moi, mais ce n'est pas une obligation. On pourrait aussi pourquoi pas, ajouter des olives, des dés de jambon ou des morceaux de tomates séchées à la pâte, peut être que j'essaierai un de ces jours, je vous dirais. Mais en attendant, je vais me prendre un petit bout de focaccia nature tiens. C'est presque l'heure de l'apéro.

Focaccia

• 25 g de levure de boulanger fraîche
• 300 ml d'eau tiède
• 1 c. à soupe de sucre
• 600 g de farine
• 3 c. à café de sel
• 200 mL d'huile d'olive
 

Pour finir

• 4 c. à soupe d'huile d"olive
• 3 c. à soupe d'eau tiède
• 1 c. à café de gros sel
• brins de romarin (optionnel)

Délayer la levure de boulanger et le sucre dans l'eau tiède et laisser reposer 20 min.
Mettre la farine entent formant une fontaine dans le bol d'un robot ou dans un grand bol et déposer les le sel tout autour. Verser le levin puis l'huile d'olive (200 ml) et pétrir jusqu'à obtention d'une pâte souple.
Mettre en boule et laisser reposer 2 h couvert d'un torchon propre dans un endroit chaud à l'abris des courants d'air.
Travailler la pâte 1 min pour en chasser l'air puis l'étendre avec les doigts sur un plaque huilée allant au four. Partir du centre et essayer d'avoir la même épaisseur partout.
Battre l'huile, l'eau et le gros sel et badigeonner la pâte avec la moitié de l'huile salée.
Laisser reposer 10 min.
Préchauffer le four à 240°C.
Décorer avec des feuilles de romarin.
Faire cuire environ 20 min.
À la sortie du four, napper avec le reste de l'huile salée.
Laisser tiédir ou refroidir avant de manger.

 

images : n.v. quelques-choses

Print Friendly and PDF

poires au chèvre

poires au chèvre et olives noires

Une petite recette facile que je n'avais pas fait depuis trop longtemps. Un mélange sucré-salé, des poires fondantes réveillées par du fromage de chèvre et des olives. Moi, j'adore! Et je ne suis pas la seule à la maison.

Et puis, plus besoin de choisir entre le fromage et le dessert, pour ne pas dire entre la poire et le fromage* (je sais, c'était facile mais trop tentant). Une bonne façon de résoudre le problème des hésitants ou des trop gourmands à la fin du repas.
Mais bon, rien n'empêche de commencer par ça, les poires au chèvre c'est aussi bon en entrée.

les poires au chèvre

pour 4 personnes

• 4 poires
• 1 L de jus de pomme
• 1 c. à soupe de miel (facultatif si le jus est très sucré)
• 125 g de chèvre frais
• 6 olives noires (kalamata si possible)
• 1 filet d'huile d'olive
• 1 brin de thym
• 1 brin de romarin
• poivre et sel

Peler les poires et enlever le coeur. Verser le jus de pommes et le miel dans une casserole, porter à ébullition puis ajouter les poires et faire pocher environ 15 minutes. Sortir les poires du jus et les déposer dans un plat allant au four. À l'aide d'une fourchette, écraser le fromage de chèvre, ajouter les olives hachées, les feuilles de thym et de le romarin ciselé. Poivrer, ajouter un filet d'huile d'olive et saler si besoin. Bien mélanger le tout. Répartir le mélange dans les poires et mettre au four sous le grill environ 2 min.

On peut aussi pocher les poires dans du sirop de poires ou dans un sirop léger.
Attention à ne pas trop saler car les olives le sont déjà.

 

* Au moyen âge, on servait des poires avant le fromage lors des repas et c'est à ce moment là, entre la poire et le fromage, que les langues se déliaient. Doù l'expression...

images : n.v. quelques-choses

Print Friendly and PDF